dimanche 11 février 2018

Jane Eyre 💗 Mr Rochester

Jane Eyre de Charlotte Brontë

 


Pour cet article placé sous le signe de l'amour, j'ai choisi de vous parler d'un de mes classiques préférés : Jane Eyre. 

Avec tous son talent, Charlotte Brontë nous raconte depuis son enfance la vie de Jane Eyre. Elle ne commence pas sous de très bonne augure. Orpheline, elle est recueilli par sa Tante. Elle n'est pas très heureuse dans ce foyer. Ses cousins la maltraite, sa tante n'apprécie pas son caractère fort, son esprit critique, sa singularité. Elle est donc envoyée dans un pensionnat de jeunes filles où la vie est également difficile par ses conditions de vie. Les conséquences dramatiques d'une épidémie viendront ensuite adoucir la vie des pensionnaires. Jane y passera quelques années en tant qu'élève puis professeure avant de le quitter pour travailler au service de Mr Rochester en tant que préceptrice de la petite Adèle.



Ce riche propriétaire qui aux dires de Mme Fairfax ne passait que très peu de temps au manoir de Thornfield, voyageait beaucoup,  a l'air de se stabiliser. Jane apprend à le connaitre, l'admire. Elle se sent bien dans cette nouvelle vie, mais ce manoir a l'air de cacher un secret. Celui ci tourne autour de l'étrange servante Grace Poole.

J'adore ce roman parce qu'il montre une fille puis une femme qui garde toute sa singularité malgré les obstacles, les difficultés que la vie lui met sur sa route. Elle se montre forte alors que ce n'est pas une qualité pour une femme à cette époque. Elle aime apprendre de nouvelles choses, elle admire le savoir, les belles bibliothèques. Et contrairement à bon nombres de personnages de cette époque mais aussi de notre époque, elle ne recherche pas le mariage, ou l'amour et encore moins avec un homme riche. Elle aspire à d'autres choses. Elle refusera un mariage et une vie confortable parce qu'elle sait que ça lui ne conviendra pas. C'est un personnage féministe avant l'heure, elle se garde la possibilité de faire des choix, et de rester indépendante. 



Tout cela n'est évidement pas incompatible avec une belle histoire d'amour qui fait rêver, sympa à lire pour la Saint Valentin.

Pour accompagner cette lecture ou une séance visionnage d'une adaptation ciné de ce merveilleux roman, ou une soirée en amoureux, je vous propose un brownie bien chocolaté.



Brownie de la Saint Valentin

Ingrédients :
 - 170g de chocolat au lait (mais vous pouvez utiliser aussi du chocolat noir ou praliné)
 - 3 œufs bio
 - 140 g de beurre + une noisette pour beurrer le moule
 - 80g de sucre
 - 70g de farine

Faire fondre le beurre et le chocolat coupé en morceau. Je suis de la team micro-onde mais vous pouvez bien évidemment le faire au bain marie.
Versez votre chocolat et votre beurre fondu dans un saladier, ajoutez y la farine, le sucre, et les œufs. Mélangez entre chaque ajout d'ingrédients.

Préchauffez votre four au Th 6. 

Beurrez et farinez un moule carré, puis versez y votre pâte. Faite la cuire pendant 13 minutes. Vérifiez à l'aide d'un couteau la cuisson en piquant votre gâteau si la pointe en ressort  sèche, c'est qu'il est prêt.
Laissez refroidir.

Pour dresser une assiette spécial St Valentin, prélevez deux cœurs dans votre brownie. Utilisez pour cela un emporte pièce. Ajoutez du coulis au chocolat sur l'un des cœurs, et dessinez en un sur l'assiette à l'aide d'une pointe de couteau trempée dans le coulis. 

Bon appétit et plein d'amour 💓 !






samedi 3 février 2018

Camilla Läckberg nous plonge dans des histoires familliales

L'enfant Allemand de Camilla Läckberg 


Avant de lire la série Millénium, j'étais déjà tombé sous le charme du polar suédois grâce à Camilla Läckberg. J'ai lu ses quatre premiers romans. Je les ai dévoré même. J'aimais cette famille : Patrick, Erica, les collègues du commissariat et ses histoires très noires.

J'y suis revenu avec L'enfant Allemand, et j'ai adoré ! J'ai retrouvé cette famille et tous les gens de Fjällbacka. La petite Maja grandit. Anna et Dan habitent ensemble et font face à la fureur d'une adolescente et sa musique trop forte. Erica commence l'écriture d'un nouveau livre mais n'arrive pas à écrire, les journaux intimes de sa mère sont intriguants tout comme cette petite brassière de bébé tachée de sang ou de rouille et cette médaille nazi retrouvées dans le grenier. Le congé paternité de Patrick l'empêche également de travailler, et des petites tensions apparaissent dans le couple. Pourquoi sa mère débarque sans prévenir pour donner son avis sur tout ? Pourquoi ne sait il pas où sont les couches ? et pourquoi emmène t il Maja sur une scène de crime ? 

Patrick, lui est heureux de ce congé paternité mais cette enquête, ce corps retrouvé mort depuis deux mois l'intrigue également : un spécialiste de l'Allemagne nazi, assassiné chez lui et retrouvé par deux adolescents voulant visiter cette maison pleine d'objet de cette période noire de l'Histoire. Ce même spécialiste à qui Erica avait confié la médaille nazie pour avoir plus d'infos. 
Étrange coïncidence ! Peut être pas ! Et si l'histoire de sa mère, son adolescence était liée à ce meurtre.


Ce roman m'a encore une fois tenue en haleine tout du long. Ce n'était pas seulement un polar, c'est aussi un roman de famille. En même temps qu'Erica, on apprend à découvrir sa mère à l’époque de la seconde guerre mondiale, tellement différente de la personne qu'elle a connu. Gentille, entourée d'un cercle d'amis totalement inconnu d'Erica et pourtant habitant la même ville. On se rend compte que leurs destins sont encore liés, mais aussi que les histoires se répètent de génération en génération.

Ce livre est bien écrit, j'ai été choqué par certaines scènes qui m'ont semblées très visuelles : le tapis de mouches mortes et le crépitement que l'on entend quand les adolescents entrent dans la pièce du cadavre. La deuxième scène concerne un viol conjugal vu par le fils. C'est gore, choquant mais surtout un signe que c'est bien écrit.

Il y a aussi bien évidement plein de bon moment, j'ai aussi ri pendant cette lecture. Il y a de nombreuses scènes cocasses.

En bref, j'ai passé un très bon moment et je vous le conseille.

Pour prolonger ce moment en Suède, je vous propose de gouter à des petites brioches suédoises à la cannelle appelées Kanelbullar. Patrick en est friand. Il y a dans ce livre de nombreuses références à la nourriture, des douceurs ou des plats cuisinés avec beaucoup d'amour par Erica. J'ai découvert d'ailleurs que Camilla Läckberg avait écrit un livre de recettes avec un chef. A découvrir donc.



Brioches suédoise à la cannelle : Kanelbullar

Ingrédients 

 - 1 sachet de levure boulangère
 - 100g de sucre
 - 300 mL de lait
 - 1 œuf
 - 120g de beurre
 - 1 cuillère à café de sel
 - 1 cuillère à soupe de cardamome moulu
 - 500 g de farine (J'ai fait un mélange de farine de blé (300g) , de blé noir (150g) et de maïzena (50g) pour cause de placards vides)
Fourrage :
 - 100g de beurre amolli
 - 50g de sucre
 - 2 cuillères à soupe de cannelle
Dorure :
 - 1 œuf
 - 2 cuillères à soupe d'eau
 - sucre perlé (facultatif)

Dans un bol, versez votre sachet de levure et ajoutez quelques cuillères d'eau tiède, mélanger.
Faire fondre le beurre, versez le lait par dessus et la levure. Ajoutez les autres ingrédients dans le saladier, Mélangez et pétrir au robot pendant 10 min.

Laissez lever la pâte pendant 30 min, recouverte d'un torchon, à température ambiante.
Saupoudrez la pâte de farine pour éviter qu'elle colle et aplatissez-la à l'aide d'un rouleau à pâtisserie.  La pâte doit former un rectangle de 30 cm de long et de 3 mm d'épaisseur. Étalez la beurre amolli dessus.
Mélangez le sucre et la cannelle dans un petit bol puis répartissez ce mélange sur la pâte beurrée.

Roulez votre pâte dans le sens de la longueur pour faire un long boudin. Coupez ce boudin en 25 tronçons environ que vous allez placer sur une plaque où vous aurez mis une feuille de papier sulfurisée. Couvrir d'un torchon et laissez lever. Vos petites brioches doivent doubler de volume. Pour ma part, je les ai laissé lever toute une nuit.

Battre votre œuf avec deux cuillères à soupe d'eau. Badigeonnez de ce mélange les petites brioches. Vous pouvez ajouter si vous le souhaitez le sucre perlé.

Dans un four préalablement préchauffé à 220°C, mettre vos petites brioches et laissez cuire pendant 5 à 6 min. Laissez refroidir avant de vous jeter dessus.

samedi 27 janvier 2018

Boulet et Pénélope Bagieu nous présentent la Page blanche ...ou rose

La Page Blanche de Boulet et Pénélope Bagieu




J'ai découvert Pénélope du temps où on l'appelait Pénélope Jolie cœur, du nom de son blog. Je viens d'y aller et le dernier post date du 19 juin 2014. J'aimais beaucoup sa fraicheur; ses dessins girly et tellement proche de notre réalité. Et puis sa carrière a décollé. Elle a créé des ouvrages qui lui ressemblait et qui gardait cette fraicheur que j'avais aimé à ses débuts.
L'autre jour à la bibliothèque, je suis tombée sur cette bande dessinée dont je n'avais jamais entendu parler.


Sur la couverture, on peut voir une jeune femme un peu perdue assise sur un banc. C'est le point départ de cette page blanche. Une jeune femme qui a perdu subitement la mémoire. Elle ne sait plus qui elle est, pas même son prénom. Et pourtant elle n'appelle pas à l'aide. Elle essaie d'enquêter sur sa vie ou du moins sa vie d'avant. Elle est comme une étrangère chez elle, elle ne se reconnait plus dans ses gouts d'avant comme l'odeur de son gel douche. Elle va tout de même obtenir de l'aide d'une collègue de boulot à qui elle va raconter son problème.



J'ai beaucoup aimé cette histoire et ce personnage, même si je n'aurai pas agis comme elle dans pareil situation. Pendant tout le long de cette BD, j'ai eu envie qu'elle recouvre la mémoire, d'en savoir plus sur sa vie d'avant et pourquoi elle a perdu la mémoire à ce moment précis, sur ce banc et pas un matin lambda en se levant ou après une chute ou un accident. Même si je n'ai pas eu toute les réponses à mes questions, j'ai beaucoup aimé la fin qui est très positive. Et d'ailleurs même si le thème de cette BD aurait pu être plus noir et anxiogène, ce n'est pas le cas ici. Les dessins, les couleurs utilisées y sont pour beaucoup. J'ai retrouvé tout ce que j'aimais chez Pénélope Bagieu. J'ai passé un très bon moment à lire ce livre.

Pour continuer cette série d'article proposant des plats roses/violets et pour faire honneur à cette couverture, je vous ai concocté une salade de chou rouge.



Salade de chou rouge

Ingrédients :
 - 1/8 d'un gros chou rouge
 - 50 g de Comté
 - 30g de cerneaux de noix
 - 2 carottes
 - Vinaigrette

Coupez votre morceau de chou rouge en petits morceaux, ainsi que votre Comté, vos cerneaux de noix. Épluchez puis coupez les carottes en rondelles.
Versez le tout dans un saladier, mélanger.

Pour la vinaigrette, soit j'en utilise une toute faite, soit je mélange deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre, deux cuillères d'huile neutre ou d'olive, j'ajoute un peu de moutarde, parfois du paprika. Tout dépend de ce que j'ai sous la main.
Si vous avez une recette d'une vinaigrette qui déchire tout je suis preneuse.

A servir avec un œuf au plat. Pour obtenir cette forme parfaitement ronde, l'astuce est d'utiliser une poêle à pancake.

Bon appétit et bonne lecture.

vendredi 19 janvier 2018

Un défi lait de coco pour des femmes pirates

Femmes Pirates, Les écumeuses des mers de Marie-Eve Sténuit




Mettons fin aux stéréotypes sur les pirates avec ce livre ! 
Non les pirates ne sont pas que des hommes.
Non, les femmes ne portent pas malheur sur les bateaux. 
Non, les pirates ne pillent pas que les navires dans les Caraïbes.


C'est ce qu'on apprend dans cet ouvrage de Marie-Eve Sténuit, dès le premier chapitre. On découvre une princesse viking pirate. Elle ne fait pas cette activité pour s'enrichir, loin de là. Elle fuit un mariage arrangé. C'est la première histoire de pirate féminine mais loin d'être la dernière. On parcourt l'Histoire avec un grand H et le monde. Des femmes sont devenues des pirates pour suivre leurs familles et conjoints. D'autres ont intégré la marine en se faisant passer pour des hommes, ont rencontré les pirates au cours de leurs vies, et ont adopté leurs modes de vie. Il y a des histoires d'amour, des femmes à la tête de tout une flotte, d'autres qui se sont fait prisonnières, certaines impressionnent des journalistes, toutes ont des histoires incroyables. Elles ne sont évidement pas les dernières à se servir d'armes, à tuer, à être des pirates sanguinaires.

Cet ouvrage est bien documenté. Une riche bibliographie est d'ailleurs disponible à la fin du livre. Lorsque les versions de l'Histoire ne sont pas toutes les mêmes, l'auteur le signale. C'est vraiment très intéressant et montre le travail de recherche qui a été fait. Ce livre est bien sur très intéressant pour casser les stéréotypes et montrer que les femmes dans l'Histoire n'étaient pas faites seulement pour faire et s'occuper des enfants. Il a l'avantage d'être bien écrit et accessible. Chaque chapitre nous raconte l’histoire d'une femme pirate en particulier, de son enfance à sa mort lorsque c'est possible, quand il y a des sources.

Ce thème de la piraterie m'a donné l'envie de me lancer un défi. Souvent on achète des produits en se disant : "oh je vois ça dans plein de recettes sur des blogs, dans les magazines, je vais trouver une idée pour cuisiner ce produit" et finalement il reste dans nos placards parce qu'on a pas l'habitude de le cuisiner et on ne sait pas comment l'utiliser dans un plat simple. Mon défi de cette semaine c'est le lait de coco. On peut l'utiliser dans la soupe, un curry, moi je vais l'utiliser dans une recette sucrée : Un smoothie lait de coco et fruits rouges.



Smoothie Lait de coco Fruits rouges

Ingrédients (pour 3 verres) :
 - 150 g de fruits rouges surgelés
 - une boîte de lait de coco de 20 cL
 - 3 cuillères à soupe de sucre
 - 30 cL de lait

Laissez vos fruits rouges décongeler. Mettez les dans votre blender, versez les laits, et le sucre puis mixer.
Déguster frais.



samedi 13 janvier 2018

L'éternel de Joann Sfar et des fruits rouges sanguinolents

L'éternel de Joann Sfar




Ce livre est étonnant. Sur la quatrième de couverture on peut lire "Les vampires ça n'existe pas. La psychanalyse ça ne marche pas. On était vraiment faits pour se rencontrer." C'est court et ça ne dit pas grand chose sur l'histoire. Je ne savais rien de ce livre avant de le lire mis à part qu'il avait été écrit par Joann Sfar, un dessinateur de BD mais aussi réalisateur de Gainsbourg, vie héroïque.

Donc lorsque j'ai commencé ce livre, j'ai été un peu dérouté de voir que l'action se passait en 1918 en Russie ou en Ukraine. C'est la guerre. C'est trash, une véritable boucherie, du sang, mais aussi du sexe et des femmes nues. Et là, de ce charnier, apparait ce vampire, Ionas. Mort trop tôt comme ses camarades, il n'a pas eu le temps de revoir sa fiancée et de se marier avec. Son frère Caïn, lui qui a eu la vie sauve, retourne à Odessa. Il y rejoint la fiancée de son frère pour lui annoncer la triste nouvelle, et on ne sait comment, se marie à elle alors que son deuil n'est pas terminé. Ionas, lui revient d'entre les morts avec l'envie de revoir sa fiancée. Et là l'intrigue devient intéressante. J'ai vraiment bien accroché. A ce trio amoureux, viennent se rajouter deux filles amoureux de chacun des frères. Toutes revenues d'entre les morts mais de façon différentes : une vampire aux cheveux roux enceinte jusqu'au cou et en colère, et un petit bout de femme-arbre. Les personnages, les descriptions sont très visuelles. On voit que le premier métier de Joann Sfar est la BD.




Le début de la troisième partie est déroutant également. On fait un bon dans le temps et l'espace : les États-Unis de nos jours. On se retrouve à l'enterrement d'une rock star avec sa veuve très sexy et jeune. On ne comprend pas pourquoi on se retrouve là avec cette jolie veuve. Les autres personnages nous manquent et on veut savoir ce qu'il est advenu d'eux. Mais bien vite, on les retrouve et on reprend goût à la lecture de ce roman.

Même si ce roman est parfois déroutant, il est génial, bien écrit, visuel. Les personnages ont été bien pensés. On s'attache à eux et on ne veut plus lâcher ce livre alors qu'il est 23 h et qu'il faut aller se coucher.

Ce livre a encore renforcé mon envie d'aller en Ukraine. J'avais pensé vous faire du Bortsch mais je ne sais plus où j'ai mis ma recette donc ça sera pour une prochaine lecture russe. A la place, je vous ai fait un dessert à base de fruits rouge qui rappellera la couleur du sang. C'est une recette allemande qui s'appelle Rote Grütze que j'ai découverte sur le site 750g.



Rote Grütze

Ingrédients : 
 - 300g de fruits rouges congelés. Les fruits rouges ne sont pas des fruits d'hiver donc je les ai acheté congelés.
 - 1 sachet de sucre vanillé
 - 40 g de sucre
 - 25g de Maïzena
 Pour la sauce vanillée qui traditionnellement accompagne ce dessert, j'ai repris ma recette de  la crème vanillée de mon petit pot de crème vanille-poire
 - 30cL de crème fraiche 
 - 1 petite cuillère à café d'extrait de vanille
 - 25 g de sucre glace

 Cuire à feu doux les fruits rouges dans une casserole. Ajoutez 3 cuillères à soupe d'eau ainsi que les sucres en début de cuisson. Laissez mijoter une quinzaine de minutes.

Dans un bol versez la maïzena. Ajoutez un peu d'eau et mélanger. Versez ce mélange dans la compote de fruits rouge afin de l'épaissir un peu. Laissez refroidir dans des ramequins.

Pour réaliser la sauce vanillé, versez dans un grand bol la crème fraiche et le sucre glace. Mélangez à l'aide d'un batteur électrique pour l'aérer. Saupoudrez l'extrait de vanille et mélangez. Réservez au frais.

Bonne dégustation.

 

vendredi 5 janvier 2018

Un arc en ciel sur Manderley !

Manderley For Ever de Tatiana de Rosnay


Bonne année 2018 ! Je vous souhaite tout mes vœux de bonheur. Que cette année soit pour vous riche en découverte et en émerveillement que ce soit du côté de votre bibliothèque, votre cuisine, votre estomac, et dans votre vie en général.

Je vais commencer 2018 sur ce blog avec un livre que j'ai terminé le dernier jour de 2017. Et quel livre ! La biographie de l'auteure de Rebecca : Daphné du Maurier écrite par Tatiana de Rosnay. J'ai profité de mes quelques jours de vacances pour lire ce livre, le matin dans mes draps encore chauds. ça a été un bonheur. J'ai adoré lire ce livre. Il se lit vraiment comme un roman mais l'histoire, les détails, les personnages, les lieux sont réels. Et c'est comme ça que Tatiana de Rosnay est partie sur les traces de cette auteure, à travers les différentes maisons dans lesquelles elle a vécu : de Londres aux Cornouailles, en passant par Paris.


Je ne sais pas par où commencer pour montrer à quel point ce livre, la vie de Daphné est intéressante. On y voit les relations complexes qu'elle entretient avec sa famille : la relation privilégiée avec son père à tel point qu'elle aurait préféré être un garçon. Elle n'était pas très proche de sa mère, mais de ses sœurs oui. ça n'a pas été toujours facile pour elles puisqu'elles ont vécu dans l'ombre de leur célèbre sœur. Je suis sûre que vous ne saviez pas vous aussi que l'une d'entre elle Angela a écrit des romans.

A la lecture de ce livre, on comprend aussi quelles étaient ses sources d'inspirations et quel était son mécanisme d'écriture. Et si cette biographie prend autant en compte les lieux et les maisons dans lesquelles elle a vécu ce n'est pas pour rien. On le voit bien dans Rebecca. Manderley est un personnage à part entière alors même que le personnage principale n'a pas de prénom. ça m'a donné envie à moi aussi de voyager et de partir à la découverte des Cornouailles, de ses côtes, ses plages venteuses. On y découvre bien évidement ses histoires d'amours qui sont elles aussi des sources d'inspiration pour ses romans.

Il y a encore bien des aspects de cette œuvre que je vous laisserai découvrir par vous même. Une chose est sûre, c'est qu'à la lecture de cette biographie, j'ai envie de lire d'autres œuvres de Daphné du Maurier et davantage celle où elle y a mis beaucoup d'énergie, d'amour. J'ai envie aussi de lire un roman de sa sœur Angela pour voir si le talent est vraiment une histoire de famille. J'ai envie aussi de relire Peter Pan qui a tant marqué son enfance.

Pour illustrer culinairement cette lecture, j'aurai pu vous faire une spécialité anglaise, un plat en rapport avec la mer et non c'est son orientation sexuelle qui m'a inspiré. J'ai trouvé cette biographie dans une Rainbowthèque. L'Arc en Ciel m'inspire en ce moment et cela vient de blog Bliss Cocotte qui recueille de choses inspirantes. Et si vous voulez plus d'arc en ciel, je vous ai même concocté un tableau Pinterest. Mais avant place à mes sablés arc en ciel qui est une version revisitée des sablés à la vache qui rit trouvé sur Madmoizelle.com.
Ils ne sont pas parfaits mais on pourrait penser à des petits crayons de couleurs en bois.


Sablés Arc-en-Ciel
 
Ingrédients 
 
 - 4 portions de Vache qui rit
 - 80g de beurre mou
 - 60g de sucre blanc
 - 1sachet de sucre vanillé
 - 1 cuillère à café de levure
 - 200g de farine
 - Colorants liquides bleu, jaune et rouge

Versez les sucres dans un saladier. Ajoutez y les portions de vache qui rit et le beurre. Mélangez pour obtenir une crème. Ajoutez ensuite la levure et la farine. C'est le moment d'y mettre les mains pour mélanger et obtenir une grosse boule. 
 
Dans six bols, répartissez six morceaux de pâte. Chaque bol correspondra a une couleur de l'arc en ciel. Ajoutez dans chaque bol une dizaine de gouttes de colorants, un bol jaune, un bol orange (5 gouttes jaunes, 5 gouttes rouges), un bol rouge, un bol vert (5 gouttes jaunes et 5 gouttes bleues) un bol bleu et un bol violet (5 gouttes rouges et 5 gouttes bleues). Répartissez le colorant sur chaque mini boule. Ce n'est pas facile et on s'en met plein les doigts. Si vous avez une autre méthode, je suis preneuse.

Préchauffez votre four à 180°C (th7).
Étalez ensuite chaque mini boule avec un rouleau à pâtisserie. Coupez des bandes de couleurs. Vous allez ensuite associer les différentes bandes de couleurs pour former un arc en ciel et coupez ensuite pour former des rectangles arc en ciel. Appuyer bien sur les côtés pour associer les différentes couleurs.

Enfournez vos sablés et laissez cuire 10 minutes.
 

vendredi 29 décembre 2017

Audience captive : de la publicité dés le petit-déjeuner

Audience captive d' Ann Warren Griffith


Cette nouvelle est incroyable. Elle a été écrite en 1953 et imagine déjà une société où la publicité a envahi le quotidien. Imaginez, vous vous levez le matin, vous vous dirigez vers la cuisine pour le petit déjeuner, et votre lait, vos céréales, votre jus d'orange clament chacun à tour de rôle leurs slogans. Vous allez à la salle de bain, et pareil vos produits de beauté, votre gel douche, votre shampoing clament également leurs slogans.


En 1953, Ann Warren Griffith a imaginé ce monde alors qu'internet et les smartphones n'existaient pas, que la publicité ciblée n'existait pas encore. Je trouve ça incroyablement visionnaire. Je me suis ensuite posée une multitude de questions. Depuis quand la publicité a envahi notre quotidien ? Et à quel point la publicité nous pollue notre environnement ? Tous ce qui nous permet de nous ouvrir au monde est pollué par cette publicité qui nous incite à acheter, à acheter encore et encore : les médias, la radio, la télé, internet, les blogs, les panneaux publicitaires en ville ou à la campagne.

Au lendemain de noël et à la veille des soldes, on peut se demander pourquoi acheter autant. J'ai en quelque sorte fait une overdose de noël, d'achats, de magasins. J'essaie dans ma vie de tous les jours de ne pas surconsommer. Je ne suis pas la mode. Mon téléphone, mon ordinateur sont vieux mais fonctionnent donc je les garde. J'ai essayé pour noël de faire des cadeaux par moi même et vous avez pu voir un aperçu de mes cadeaux gourmands dans mon précédent article. Donc si vous voulez lire cette nouvelle, je vous incite à aller en bibliothèque quitte à demander à ce que ce soit eux qui l'achète. Cette nouvelle sera ainsi lu par d'autres lecteurs. Il existe aussi mille moyens de se procurer des livres sans participer à cette surconsommation de masse : boîte à livre, échanges, prêt, bibliothèques, brocante, Emmaüs, trocs parties...

En résumé, cette courte nouvelle est incroyable, visionnaire et en plus nous fait réfléchir sur des problématiques actuelles de notre société.

Et pour démarrer cette année du bon pied avec plein d'énergie, je vous propose la recette d'un bowl cake gourmand au chocolat trouvée dans le livre d'Audrey LeGoff Bowl Cakes.


Bowl Cake au chocolat 

Ingrédients : 
 - 1 oeuf
 - 3 cuillères à soupe de lait
 - 1 cuillère à soupe de chocolat en poudre sucré
 - 5 cuillères à soupe de musli au chocolat  
 - 1 cuillère à café de levure chimique
 - Quelques morceaux de chocolat ici aux noisettes
 - Huile neutre pour le bol

A l'aide d'un pinceau, huilez votre bol. Il doit être assez grand. Battez ensuite dans ce même bol votre œuf avec une fourchette. Ajoutez le lait et le chocolat en poudre. Mélangez de nouveau.Versez le musli et la levure. Mélangez encore. 

Faites cuire votre bowl cake au micro onde pendant 2 min (puissance 750W). Si vous vous apercevez en glissant un couteau le long de la paroi que votre préparation n'est pas cuite, faites la cuire de nouveau par tranche de 30 sec.

Une fois la cuisson terminée, vous pouvez démoulez dans une assiette à dessert votre bowl cake. Parsemez le de quelques morceaux de chocolat. 

Attention avant de vous jeter dessus, il peut être un peu brûlant.