vendredi 22 septembre 2017

Les nouvelles de cet été de Tatiana de Rosnay et son gâteau aux prunes

Amsterdamnation et autres nouvelles de Tatiana de Rosnay


Cet été, je ne savais pas si j'aurai eu le temps de lire. Je ne voulais pas me lancer dans un roman dans lequel je me serai perdue à un moment donné. J'ai donc préféré lire des nouvelles et des contes. Je vous présente aujourd'hui le recueil de nouvelles Amsterdamnation et autres nouvelles de Tatiana de Rosnay. 


C'est un petit recueil de six nouvelles qui ont toutes été publiées dans des revues tel que VSD ou Marie-Claire.  Ces nouvelles ont pour thème le couple, l'adultère, la séduction, l'admiration... Je ne vais pas vous raconter chacune des histoires mais je vais vous parler de celle qui m'a le plus marquée.

Il s'agit de Sur mon mur. Lola s'est bien habillée pour aller à la soirée, celle dont tout le monde parle. Malheureusement, elle ne connait que deux personnes et s'ennuie à mourir. Elle partage son ennui sur Facebook quand soudainement, elle remarque un homme d'une trentaine d'années assez charmant. Lui aussi est sur son téléphone. Elle le cherche sur Facebook. Un homme accepte sa demande d'ami. Tout va ensuite très vite : échange de SMS et plus si affinité...
Cette nouvelle m'a vraiment captivée et la fin m'a laissée sans voix. Je vous laisse découvrir par vous même ce qui arrive ensuite.

Ce recueil en général m'a beaucoup plu. Chacune des nouvelles a son univers propre et malgré la brièveté des textes, on rentre vraiment dans l'histoire. Certaines fins sont surprenantes. L'écriture de Tatiana de Rosnay se prête vraiment bien à ce type de récit.

Pour illustrer ce recueil de nouvelles, j'ai choisi de vous proposer des prunes. En effet, la saison est aussi brève que les nouvelles de ce recueil. Il faut en profiter un maximum. Ce gâteau est très bon aussi avec des abricots.


Gâteaux aux prunes

Ingrédients :

 - 80g de farine
 - 60g de Maïzena
 - 500g de prunes
 - 80g de sucre (vous pouvez ajouter 20g de sucre si vos fruits sont trop acides)
 - 1 sachet de sucre vanillé
 - 2 œufs
 - 120g de beurre
 - 1 cuillère à café de levure chimique
 - 1 pincée de sel

Beurrez et farinez un moule. Préchauffez votre four à 150°C (th5).
Mélangez les œufs avec le sucre et le sachet de sucre vanillé jusqu'à obtenir une consistance mousseuse blanche. Ajoutez au mélange le beurre ramolli, la farine, la maïzena, la levure et le sel. Mélangez.

Versez la pâte dans le moule en faisant attention à ce qu'il soit recouvert entièrement.
Lavez les fruits, les couper en deux et retirer le noyau. Posez les prunes, face dénoyautée visible, sur la pâte en les enfonçant un peu.

Cuire le gâteau pendant 40 min. Le gâteau doit être légèrement doré. Démoulez à la sortie du four. Vous pouvez ajouter du sucre glace avant de servir.
 




vendredi 15 septembre 2017

Moi, jardinier citadin et sa cocotte potagère

Moi, jardinier citadin tome 1 de Min-ho Choi



Il y a quelque temps, je vous ai parlé du livre Demain de Cyril Dion. Il expliquait qu'à Détroit, la population défavorisée cultivait leurs légumes aux pieds des buildings abandonnés. Il donnait aussi l'exemple du mouvement des incroyables comestibles qui a démarré au Royaume-Uni. Des hommes et des femmes se sont mis à cultiver des fruits et des légumes sur des espaces publics mettant à disposition de tous leurs récoltes. Partout dans le monde, des citadins se mettent à cultiver un bout de jardin, de balcon, de rebord de fenêtre. Sur les photos si dessus, il s'agit du jardin du bout de la rue à Amiens. Cette bande dessinée Moi, jardinier citadin en est encore un autre exemple.


L'auteur Min-ho Choi, un sud coréen, nous raconte ainsi son changement de vie, comment il a commencé à cultiver ses légumes dans un jardin collaboratif en parallèle de son activité de dessinateur. Il va découvrir la magie de la nature, le rythme des quatre saisons, la joie de découvrir une petite fleur ou un petit légume qui pousse. Il va rencontrer d'autres jardiniers plus expérimentés que lui mais peut être pas aussi motivés.


J'ai beaucoup aimé cette bande dessinée (ou manga peut être ? je ne sais pas comment qualifier cet objet) pour son thème. Il s'agit encore de montrer comment cultiver son jardin peut être source de bonheur, de fierté, et de bien être, de joie dans l'assiette. Il est construit aussi autour de la temporalité. Effectivement, le rythme des quatre saisons est primordial pour la nature, la croissance des végétaux et le jardinier. Mais lorsque l'on vit dans des grandes villes, on peut très vite oublier cette temporalité et vivre à un rythme effréné où 24h ne suffisent pas dans une journée pour travailler, se déplacer, acheter, regarder cent fois ses mails, checker ses réseaux sociaux, regarder les nouveaux épisodes des séries que l'on suit, voir les films au cinéma, et se préparer des bons smoothies. J'exagère peut être un peu ! ou pas ! Lire cette bande dessinée, ou faire l'expérience soi même de regarder une fleur sortir de son bouton permet de se rappeler que parfois on vit trop rapidement et on passe à côté de choses sympas.

Pour que j'aime une BD, il faut aussi que j'aime les illustrations, les couleurs. Je suis donc très difficile à ce niveau. Là, j'ai adoré ces couleurs pâles, les grandes illustrations, les informations sur les plantes.

Pour cette fin d'été, je vais vous proposer pour illustrer cette lecture une cocotte potagère avec des légumes d'été facilement cultivable dans un jardin : les courgettes, les tomates, et les aubergines.


Cocotte potagère 

Ingrédients :
 - 1 courgette
 - 1 aubergine
 - 3 tomates
 - 1 échalote
 - 2 gousses d'ail
 - huile d'olive
 - 4 branches de thym frais
- sel et poivre 

Commencez par préchauffer le four à 180°C (th6). Coupez la courgette et l'aubergine en rondelle sans les éplucher si vos légumes sont bio, ou de votre jardin. Coupez en tranche les tomates. Hachez l'ail et l'échalote.

Placez vos rondelles de courgette, d'aubergine, et de tomate en alternance dans votre cocotte. Saupoudrez les avec l'ail, l’échalote et le thym. Salez et poivrez à votre goût. Arrosez d'huile d'olive.

Couvrez votre cocotte et enfournez-la pour une heure. Surveillez la cuisson afin qu'il reste toujours du liquide. S'il en manque, ajoutez un peu d'eau.

vendredi 8 septembre 2017

Goûtons aux falafels en faisant un tour du monde en 80 jours

Le tour du monde en 80 jours de Jules Verne

Le tour du monde en 80 jours sans un centime de Milan Bilhmann et Muammer Yilmaz

 

Qui n'a jamais rêvé de faire un tour du monde ? Pas moi en tout cas ! Et puis en réfléchissant, je me dit qu'il faut du temps, et de l'argent. On a rarement les deux en même temps. Malheureusement ! 


Je me suis donc plongé dans le livre racontant l'aventure de Milan et Muammer. Ils ont décidé de faire un tour du monde en 80 jours comme dans l’œuvre de Jules Verne mais sans argent. Ils sont partis un 9 septembre au pied de la tour Eiffel, ont parcouru 47 000 km et ont traversé 19 pays différents. Leur but était de montrer que partout dans le monde, nous pouvons croiser des personnes sympathiques, prêtes à aider et à accueillir sous leurs toits deux voyageurs.
Ils ont réussi leur pari. Ils ont fait du stop en Iran, ont voyagé et dormi dans des trains en Inde. On leur a proposé quelques fois le luxe d'une nuit dans une chambre d'un palace et d'autre fois ils ont côtoyé la misère. Leur périple n'a pas toujours ressemblé à un long fleuve tranquille. Les frontières et les océans sont parfois difficiles à franchir.

Bien que cette aventure ait l'air extraordinaire, je suis restée un peu sur ma faim. J'aurai aimé lire davantage d'histoires sur les personnes rencontrées, sur leurs façons de vivre, de descriptions de paysage, d'atmosphères. Je me suis donc tournée vers Jules Verne qui attendait sagement dans ma bibliothèque.

Phileas Fogg est un personnage totalement différent et son aventure l'est toute autant. Son but à lui est de prouver qu'il est possible de faire le tour du monde en 80 jours grâce aux nouveaux modes de transport (Le chemin de fer, le bateau à vapeur ...). 

Phileas, le héro de cette histoire, aime la routine. C'est lors d'une de ses réunion au Reform Club qu'il va parier la moitié de sa fortune sur le fait qu'il est possible de faire le tour du monde en 80 jours. Il embarque dans cette aventure son nouveau domestique Jean Passepartout qui pensait lui être plus stable avec ce nouveau maître. Il prendra moult moyens de transport : train, paquebot, éléphant, traineau... Ce voyage sensé être planifié de A à Z sera rempli d'imprévus et de rencontres inoubliables.

J'ai trouvé dans cet ouvrage ce qu'il me manquait : un style particulier, des descriptions, l'impression de voyager. J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre, d'autant plus qu'il s'agit une belle édition trouvée dans une brocante un dimanche d'été.

Si vous voulez voyager sans bouger de votre canapé parce vous aussi, vous manquez de temps ou d'argent, j'ai quelques solutions pour vous :

L'émission de Nans et Mout : Nus et Culottés diffusée sur France 5 et sur leur chaine youtube. Voyager, réaliser ses rêves sans un centime en commençant nus.
    
L'émission de radio Allo La planète disponible en podcast ici ou sur leur Facebook ici pour se tenir au courant de leur actualité. Une émission de radio faisant parler des voyageurs du monde entier.

Le postcrossing : échanger des cartes postales avec des inconnus du monde entier. J'ai commencé le postcrossing l'année dernière. J'ai reçu des cartes postales d'Allemagne, de Russie, de République Tchèque, des États-Unis... J'ai amélioré mon anglais et ça fait plaisir de recevoir autre chose que des factures dans sa boite aux lettres. C'est une autre manière de découvrir le monde.

Pour voyager, il y a aussi la nourriture. Depuis que je suis végétarienne, je découvre petit à petit la cuisine libanaise et aujourd'hui je vous propose des falafels.


Les falafels

Ingrédients :
 - 440 g de pois chiche
 - 1 oignon finement haché
 - 2 gousses d'ail pilés
 - 2 cuillères à soupe de persil frais haché
 - 1 cuillère à soupe de coriandre fraiche hachée
 - 2 cuillères à café de cumin moulu
 - 1 demi cuillère à café de levure chimique
 - Huile végétale pour la friture

Si vos pois chiches sont secs, n'oubliez pas de les faire tremper préalablement. Égouttez les, puis les mixer au robot pour qu'ils soient finement hachés. 
Ajoutez au mélange l'oignon, l'ail, le persil, la coriandre hachée, le cumin, la levure, et une cuillère à soupe d'eau. Assaisonnez à votre goût avec du sel, et du poivre. Mélangez le tout jusqu'à ce que se forme une pâte assez grossière.
Couvrir et laisser reposer pendant 30 min.
Façonnez des boulettes à la main, pressez les pour éliminer l'excédent d'eau.
Versez l'huile dans une sauteuse et la faire chauffer à 180°C. Pour vérifier la température, vous pouvez plonger un bout de pain dans l'huile. Celui-ci doit dorer en 15 secondes.
Plongez les boulettes et les faire cuire pendant 3-4 min. Lorsqu'ils sont dorés, vous pouvez les sortir à l'aide d'une écumoire et les déposer dans une assiette tapissée d'essuie-tout.  

dimanche 20 août 2017

Power Patate et compote de pommes

Power Patate de Florence Servan Schreiber


Aujourd'hui pas de roman ou de belle histoire, je vais vous présenter un livre de développement personnel. Je sais que nous avons tous un avis très tranché sur la question. Certains adorent et ont essayé de se lever une heure plus tôt pour méditer, faire du sport, dessiner, écrire. Rayer les mentions inutiles. Ils colorient des mandalas et boivent du chocolat chaud dans un décor scandinave nature pour une ambiance hygge. D'autres détestent purement et simplement, ils considèrent ces livres comme un listing d'évidences. "Et oui, pour être heureux, fais des choses qui te plaisent", logique, non ?


Mais de temps en temps, nous avons besoin de nous poser et de réfléchir à notre vie, à ce que nous avons envie d'en faire. Une période de chômage, un bilan de compétences peuvent être propices à ces réflexions. C'est ce qui est arrivé à Florence Servan Schreiber, l'auteur du livre, à moi-même et peut être à vous aussi.

Dans ce livre, elle nous propose des outils pour mieux se connaître et découvrir ses supers pouvoirs. Et oui, nous avons tous des supers pouvoirs ! Pour moi, il s'agit de ma soif d'apprendre. Elle nous livre aussi des exercices, des astuces pour développer son intuition, attirer la chance, augmenter sa créativité. Elle nous fait découvrir le monde de la psychologie positive.  Ces affirmations sont toutes basées sur des travaux scientifiques. C'est ce qui procure à ce livre une dimension supérieure aux autres livres de développement personnel.

Ce livre m'a vraiment aidé pendant mon bilan de compétence à mieux me connaître pour choisir une voie de reconversion et je le conseille à tous dans cette situation. 

Vous allez me demander enfin la rapport entre la compote de pommes et ce livre. Je vous répond de lire le livre en entier pour comprendre. On peut aussi se dire que la pomme est un basique de notre alimentation. En effet, c'est le fruit le plus consommé en France donc quoi de mieux pour le mettre en valeur qu'une compote.



Compote de pommes

Ingrédients :

 - 5 pommes
 - 1/2 verre d'eau
 - 1 cuillère à soupe de sucre
 - 2 pincées de cannelle

Épluchez et épépinez les pommes. Découpez les fruits en cube.
Dans une casserole, mettez les fruits, le sucre, la cannelle et ajoutez le demi verre d'eau.
Couvrir la casserole et laissez mijoter à feu doux pendant vingt minutes. Remuez régulièrement. Mixez le tout et laissez refroidir à température ambiante.
Versez dans des coupelles et placer au réfrigérateur. 

dimanche 13 août 2017

Demain ou comment sublimer la récolte de son potager urbain

Demain de Cyril Dion


Lorsque je veux parler de ce livre, je fais toujours référence au film Demain de Cyril Dion et Mélanie Laurent. Le livre est tiré du film. Je me rends compte que bien qu'il ait été bien médiatisé pour moi (Il a tout de même reçu un césar), peu en ont entendu parlé. Et c'est bien dommage !

Ce livre est une bouffée d'air frais, d'optimisme. On connaît les livres de développement personnel qui nous font du bien et qui nous montrent qu'on peut agir sur notre vie pour être bien plus heureux et épanouis. Ce livre est un peu comme ça mais à l'échelle de la société. On pourrait dire que c'est un livre de développement social.

Le livre débute sur une étude qui fait peur : une partie de l'humanité disparaîtrait d'ici 2100. 2100, en y réfléchissant c'est très proche. Nous voyons d'ailleurs déjà les effets du réchauffement climatique, de la pollution : canicules, pluies diluviennes, inondations, pics de pollution de plus en plus fréquents... Beaucoup de documentaires, de publications s'arrêtent sur ces constats dramatiques et qui font très peur. Cyril Dion a décidé lui de faire autrement : il a décidé de montrer que partout dans le monde, des hommes, des femmes luttent contre cela à leur échelle. Ils inventent de nouveaux moyens de consommer, produire, éduquer et c'est formidable parce que c'est pas si compliqué de prendre exemple sur eux.

Le livre est composé de plusieurs parties : alimentation, énergie, économie, démocratie et éducation. Elles sont toutes aussi intéressantes les unes que les autres. On y découvre dans la partie alimentation la naissance des potagers urbains à Détroit. Dans un contexte de crise économique majeure, les habitants de cette mégalopole produisent eux même leurs légumes aux pieds des buildings abandonnés. On y découvre également le mouvement des incroyables comestibles , la permaculture.
Les autres parties sont tout aussi riches en exemples :  

 - Le recyclage et le compost de tout les déchets à San Francisco
 - Des villes et des quartiers à tailles humaines à Copenhague où tout trajet peut se faire en vélo ou en transport en commun
  - Des maisons qui produisent leur électricité et même des prisons
 - La création d'une monnaie locale à l’effigie de David Bowie pour dépenser dans les entreprises locales et ne plus engraisser les multinationales et les paradis fiscaux
 - Le système de monnaie complémentaire en Suisse est un exemple très intéressant de monnaie alternative pour favoriser les PME et résister aux crises financières.
 - Des citoyens tirés au sort en Islande pour un pouvoir plus représentatif de la population
 - une école en Finlande sans notes, sans sanction, bienveillante et efficace sur le plan des apprentissages : mon rêve absolu !

Il y a bien encore d'autres exemples, si vous voulez en savoir plus n'hésitez pas lisez le livre, ou regardez le film. Ils valent vraiment le détour.

Ma pierre à l'édifice, c'est mon potager qui pousse sur mon balcon. Mes fruits, mes légumes poussent sans pesticides, engrais, mais avec beaucoup d'amour et le compost de ma résidence. Mon balcon est ainsi très agréable avec toute cette verdure.

Je vais vous partager une de mes recettes toutes simple pour sublimer vos fraises.

Verrines de fraises basilic

Ingrédients :

 - 250 g de fraises de votre jardin
 - 3 branches de basilic de votre jardin + 4 feuilles pour le décor
 - 1 cuillère à café de jus de citron (Il peut provenir aussi de votre balcon, mes voisins ont un citronnier)
 - 20 g de sucre

Coupez vos fraises en cubes. Mélangez le sucre à vos morceaux de fraises.
Ciselez le basilic et ajoutez le aux fraises avec le jus de citron.
Répartir votre préparation dans quatre verrines. Ajoutez une feuille de basilic pour le décor.
Servez frais et dégustez.


dimanche 6 août 2017

Mata Hari, l'espionne et sa petite cocotte de pommes de terre

L'espionne de Paulo Coelho

 

Mata Hari est mystérieuse. Que sait-on d'elle ? Elle a été fusillée pour espionnage pendant la première guerre mondiale. C'était une danseuse exotique. C'est pour cela que le roman de Paulo Coelho m'a attiré. Je voulais en savoir plus sur cette danseuse qui a trahi la France.

Le roman démarre : Mata Hari est emprisonnée. Elle espère la grâce présidentielle. Elle décide d'écrire une lettre pour raconter son histoire. Elle nous narre son enfance en Hollande, puis sa vie au pensionnat où elle a été violée par le Directeur. C'est à ce moment là que quelque chose en elle change : son rapport aux hommes, à sa beauté, à sa sexualité. Elle rêve d'ailleurs et c'est une petite annonce dans un journal qui va l'aidé. Elle rencontrera par ce biais son futur époux : un officier de la marine. Elle le suivra et partira sur l'île de Java. Elle déchantera vite dans cette vie : l'ennui, la violence conjugale, la mort de ses enfants...

Elle fuira cette vie rapidement après le suicide d'une femme rencontrée dans une soirée. Elle commencera alors sa vie de danseuse et de cocotte à Paris. Elle y restera jusqu'au début de la première guerre mondiale.

J'ai beaucoup appris sur la vie de Mata Hari même si je garde en mémoire que sa vie est ici romancée. J'ai aimé la vie de cette femme qui a su tirer partie des opportunités que la vie peut réserver. Elle a su se servir de sa beauté pour conquérir les hommes et d'en faire ce qu'elle voulait : avoir de l'argent, être renommée, être libre du quand dira-t'on. Par certains aspects, c'est une féministe.

Bien que ce roman m'est plu, je n'ai pas retrouvé le style de Paulo Coelho. Dans ses romans que j'ai lu j'aimais sa recherche de spiritualité, sa quête du sens de la vie, des relations humaines. Tout était empreint de magie. Ses livres m'ont beaucoup fait réfléchir. J'ai adoré Le zahir, Maktub pour ces raisons. J'aurais aimé également que certains moments de sa vie soient davantage développés : Comment est-elle venue à apprendre les danses traditionnelles de l'île de Java ? Qui était celui qui lui a appris ? Qu'en pensait son mari ? Est-elle tombé amoureuse de certains des hommes qu'elle a côtoyé ? Je suis restée sur ma faim.

En parlant de faim, je vais vous faire partager une recette de cocotte de pommes de terre que j'ai trouvé dans le livre : Cuisine végétarienne en 80 recettes testées.




Cocotte de pommes de terre au beurre persillé

Ingrédients : (pour 4 personnes)

 - 500 g de pommes de terre grenailles
 - 50 g de beurre
 - 2 gousses d'ail
 - 1/2 bouquet de persil plat
 - sel
 - poivre  

Préchauffer le four à 180°C (th6). Nettoyer les pommes de terre. Il n'est pas nécessaire de les éplucher. Épluchez l'ail, puis le hacher ainsi que le persil. A l'aide d'une fourchette, écrasez le beurre et malaxez le avec l'ail, le persil, le sel et le poivre.

Essuyer les pommes de terre, et répartissez les dans les petites cocottes. Recouvrez les généreusement de noisettes de beurre, puis fermez les et enfournez pour 20 min. Laissez ensuite reposer 10 min dans le four éteint.

mercredi 5 juillet 2017

Un polar d'Elizabeth George et des scones à la pomme de terre

Juste une mauvaise action d'Elizabeth George

Jusque où est-on prêt à aller par amitié, par amour, pour son enfant ? Est-on prêt à bafouer la loi, aller dans un pays dont on ignore la langue, risquer son emploi ? Tuer ? Orchestrer un enlèvement ?

Dans ce livre d'Elizabeth George, les personnages sont tous plus ou moins confrontés à ces questions y compris ses inspecteurs favoris de New Scotland Years.

Barbara Havers, sergent à New Scotland Years, doit-elle aider son voisin et ami pour qui elle a un faible, à retrouver sa fille enlevée par son ex femme en dépit du désaccord de sa hiérarchie ?

Thomas Linley doit-il aider Barbara, sa collègue et amie alors qu'il est conscient que cela peut nuire à leurs carrières respectives ?

Et que doit faire Taymullah Azhar pour récupérer sa fille, enlevée par sa mère ? De quoi est-il capable ? Qu'est ce qu'on ferait à leurs places ? Et nous qu'avons nous fait par amour ? Je suis sûre que dans votre vie, vous connaissez des femmes ou des hommes qui ont déménagé pour suivre leur conjoint, qui ont mis entre parenthèse leur carrière pour élever leurs enfants.


Cette histoire nous emmène d'un match de roller derby à la toscane où tout le monde a l'air de boire du chianti, du limoncello et pour les plus sages du café à tout heure de la journée, aux coins malfamés de Londres dans les bureaux d'un détective privé.

J'ai aimé ce roman parce qu'il y a plein de rebondissements, j'ai très vite été prise par l'histoire. Il est en plus très bien documenté sur les différents systèmes judiciaires des pays. Il nous fait voyager. On a envie de prendre un café dans une de ces piazza, de se promener aussi dans les petites ruelles de Lucca. Cependant ce qui m'a dérangé dans ma lecture, ce sont les mots et les phrases en italien dans les dialogues. J'imagine qu'ils sont là pour montrer les difficultés à se comprendre lorsqu'on ne parle pas la même langue. En revanche, cela peut plaire aux amoureux de la langue italienne.

Malgré mes envies d'Italie, j'ai décidé pour illustrer cet article d'aller vers la cuisine anglaise. C'est pour cela que j'ai réalisé des scones à la pomme de terre d’après une recette du livre La cuisine de la ferme de Sarah Mayor. Je vous conseille vraiment ce livre de cuisine. Si vous aimez les bons produits, vous aimerez ce livre. Il y en a pour tous les goûts : les végétariens, les carnivores, les becs sucrés...



Scones de Pommes de terre

Ingrédients :

 - 100g de pommes de terre farineuses pelées et coupées en dés 
 - 175g de farine tamisée
 - 1 cuillère à soupe de levure chimique
 - 50g de beurre froid coupé en dés
 - 6 cL de lait entier

Préchauffer le four à 220°C (th7-8). Cuire les pommes de terre 15 min à l'eau bouillante salée. Les égoutter puis les réduire en purée avec un presse-purée. Laissez refroidir.

Mélanger la farine avec la levure, une bonne pincée de sel et le beurre au robot jusqu'à l'obtention d'une consistance grumeleuse. Ajoutez la purée et remettre brièvement le robot en marche pour homogénéiser. Vous pouvez également réaliser le mélange à la main. C'est ce que j'ai fait et cela fonctionne très bien. Transférer cette pâte dans un saladier. Ajoutez le lait en remuant pour lisser. 

Pétrir rapidement la pâte sur le plan de travail fariné, la rassembler en boule puis l'étaler au rouleau sur 2 cm d'épaisseur. Avec un emporte pièce de 6 cm de diamètre (ou un verre), découper 6 scones dans la pâte.

Les disposer sur une plaque à pâtisserie farinée en les espaçant. Les enfourner pour environ 10 min : ils doivent être gonflés et bien dorés.

Les scones à la pomme de terre peuvent être dégustés en accompagnement d'un potage ou d'une salade.

mercredi 28 juin 2017

L'empreinte de toute chose ou l'envie d'exotisme

L'empreinte de toute chose d'Elizabeth Gilbert

et gâteau à l'ananas.

 

Mon coup de cœur de l'été dernier. Elizabeth Gilbert que j'avais découvert avec le merveilleux Mange, prie, aime récidive. Ce roman m'avait fait rêver, il m'avait donné envie de voyager, de méditer, de faire une retraite dans un ashram. Celui là m'a fait voyager, m'a donné envie d’exotisme, de visiter les jardins botaniques royaux de Kew, de m'émerveiller devant des mousses.



Alma, son héroïne naît le 5 janvier 1800 au début de ce siècle prometteur, à Philadelphie. Elle grandit auprès d'un père anglais, aventurier et botaniste, qui a fait fortune dans le commerce de Quiquina et d'une mère hollandaise très cultivée. C'est dans cette ambiance que la soif d'apprendre de la petite Alma se développe. Elle est entourée d'adultes cultivés, de chercheurs, de botanistes. Elle aussi veut marquer la botanique de son nom. C'est ainsi qu'elle étudie les mousses, science autrement appelée bryologie.

Cependant, lorsque l'on est une fille au XIXe siècle, le mariage reste très important même si on est une brillante botaniste. Et ce n'est pas Prudence, sa magnifique sœur adoptive et Reta, son amie et voisine qui vont la contredire sur ce point.



J'ai vraiment adoré ce roman. Alma a passé tout l'été dernier avec moi et bien longtemps après que j’eusse fini ce livre. C'est sine que c'est un bon livre. Je regarde maintenant différemment les mousses sur les trottoirs et sur les troncs d'arbres. J'ai beaucoup aimé cette histoire. En effet, il est rare de trouver des romans avec des femmes ayant un métier, ou faisant de la recherche au XIXe siècle. Généralement, l'intrigue tourne autour du mariage et de l'amour. De même, ce roman est très bien documenté et je me suis demandée si Alma n'avait pas existé. J'ai adoré aussi les ambiances de serres, de végétations. Je m'y voyais. Ce roman m'a donné envie d'exotisme. 

J'ai donc utilisé ce thème pour mon anniversaire. J'ai réalisé pour le repas, une entrée composée de mangue et de fromage frais. Le plat comprenait un riz basmati, un curry de petits pois et un poulet massalé. Pour le dessert, j'ai fait un gâteau à l'ananas. Je vais vous livrer la recette ci-dessous.



Gâteau à l'ananas

Ingrédients :

 - 1 ananas ou une boite d'ananas (si vous ne trouvez pas un bel ananas ou si vous ne voulez pas vous embêter à le couper)
 - 3 œufs
 - 10 g de beurre. (pour le moule si besoin) 
 - 1 verre de crème liquide entière
 - 3 verres de farine
 - 2 verres de sucre semoule
 - 1/2 verre d'huile de tournesol
 - 1 cuillère à soupe de miel liquide
 - 1/2 paquet de levure chimique

Préchauffez le four à 200°C (th6/7). Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre et le miel. Incorporez au mélange la farine, la crème liquide, la levure et l'huile de tournesol. Mélangez.
Épluchez  l'ananas. Réservez une ou deux tranches pour le décor. Coupez le reste en morceaux.

Beurrez et farinez un moule à cake si nécessaire. Versez le mélange et ajoutez les morceaux d'ananas. Enfournez pour 35 à 40 min. Vous pouvez vérifier la cuisson à l'aide d'une pointe de couteau. Si elle ressort sèche, le gâteau est cuit.

Saupoudrez le gâteau de sucre glace et décorez le avec les tranches d'ananas.

Vous pouvez aussi utiliser des moules à muffins pour des gâteaux individuels. Veillez seulement à diminuer le temps de cuisson.

mercredi 21 juin 2017

Dans la cuisine de l'Elysée, on mange le gâteau aux noix de Mr Pecouyoul

Carnet de cuisine Du Périgord à l’Élysée de Danièle Mazet Delpeuch.

Pour ce premier article de blog, quoi de mieux que de commencer par le carnet de cuisine de Danièle Mazet Delpeuch.

J'ai découvert cette dame extraordinaire dans l'émission Mille et une vies diffusée sur France 2 l’après-midi. Elle a été la cuisinière personnelle de François Mitterrand lorsqu'il était à L’Élysée alors qu'elle n'avait même pas un CAP cuisine.
C'est une dame qui s'est faite toute seule, elle a appris la cuisine en regardant les femmes de sa famille et elle suit toujours son intuition.

L'histoire commence à la Borderie où elle ouvre une des premières tables d'hôtes faisant profiter ses convives de ses talents de cuisinière et des bons produits du Périgord : la truffe et le foie gras.
Plus tard, elle transformera sa grange en chambres pour accueillir de nombreux touristes voulant apprendre à cuisiner le foie gras. Elle les appellera ses cousins de la Borderie. Ils sont nombreux et viennent des quatre coins du globe.
Voilà comment elle a crée le tourisme rural.

Dans les années 80, elle a quelques soucis avec le fisc. Elle décide afin de rembourser ce qu'elle doit, de partir loin de sa famille, aux États-Unis pour donner des cours de cuisine française. Et ce, alors qu'elle ne parle l'anglais que très peu et qu'elle n'avait jamais pris l'avion. Grâce à ses cousins de la Borderie, elle voyage dans tout le pays pour transmettre ses compétences et son amour  des bons produits. Elle obtient une certaine notoriété qui lui fera rencontrer notamment Julia Child, Joël Robuchon et Mr Picouyoul qui lui donnera sa fameuse recette de son gâteau aux noix.

Alors qu'elle est revenue en France, elle reçoit un coup de fil intrigant de l’Élysée. François Mitterrand souhaite l'avoir à son service pour manger la bonne cuisine de sa grand-mère.
Elle raconte de nombreuses anecdotes dans son livre au sujet de cette période de sa vie : le stress, les privilèges liés à sa fonction, des situations cocasses tout en restant discrète quant à la vie du président. Elle quittera son service en 1990.

Grâce à cette expérience, elle partira en mission en Antarctique malgré son âge et la fait qu'elle soit une femme. Et oui, les expéditions scientifiques peuvent être sexistes. 
Son histoire inspirera Christian Vincent qui a réalisé Les saveurs du Palais, film sorti en 2012.

J'ai beaucoup aimé ce livre parce Danièle Mazet Delpeuch est vraiment inspirante et incroyable. De sa passion pour la cuisine, son amour du partage et des bons produits, elle a crée une nouvelle façon de faire du tourisme. Elle est partie ensuite seule dans un pays où elle ne parlait pas la langue pour faire découvrir la gastronomie française et gagner de l'argent dans une situation où beaucoup aurait baissé les bras. Son courage, sa ténacité et ses nombreuses connaissances lui ont ouvert des portes : l’Élysée, l'Antarctique, le monde de l'édition, le cinéma, la télévision.

Dans son livre, elle réussit en plus à nous emporter, à nous montrer de la poésie dans des livres de cuisine. Même si je ne partage pas son goût pour le foie gras et autres viandes -Je suis végétarienne- elle m'a donné envie de goûter la truffe. 

J'ai réalisé une recette de son livre : le gâteau aux noix de Mr Pecouyoul. 
Mr Pecouyoul n'est pas cuisinier mais c'est un agriculteur gourmand. Je vous livre donc cette recette de ce gâteau à la fois moelleux et croquant.

J'ai divisé les ingrédients par deux pour en faire une petit gâteau pour quatre personnes.

Le gâteau aux noix de Mr Pecouyoul

Ingrédients :

 - 4 œufs très frais
 - 100 g de chocolat Meunier
 -  1 verre de lait entier
 - 1/2 verre de sucre
 - 125 g de noix
 - 1/2 sachet de levure

Battez les jaunes d’œufs avec le lait, ajoutez la moitié de la levure. Mélangez pour en faire une pâte lisse et homogène.

Montez les blancs en neige ferme avec le sucre. Pour vérifier que les blancs sont bien montés, il suffit de retourner délicatement le plat, si les blancs glissent, c'est qu'ils ne sont pas assez montés.

Ajoutez les noix hachées fin mais pas broyées délicatement aux blancs d’œufs ainsi que le chocolat râpé et le reste de la levure.

Huilez ou beurrez un moule à bords hauts. Déposez-y la moitié de l'appareil jaune d’œufs puis le mélange à base de blancs d’œufs et enfin le reste du premier mélange.

Déposez dans un bain-marie tiède votre moule puis enfournez le dans un four préchauffé à 160°C.
Laissez cuire 30 à 40 min.